Régime Dissocié Scandinave (RDS) : avantages, inconvénients, menu..

By Stephanie

Chers lecteurs, lorsque vous vous préparez pour un marathon ou une autre épreuve d’endurance, votre alimentation joue un rôle crucial. Le Régime Dissocié Scandinave (RDS) est une approche nutritionnelle populaire, mais controversée, visant à optimiser les réserves de glycogène avant une compétition. Dans cet article détaillé, nous allons explorer en profondeur le RDS, ses avantages et inconvénients, ainsi que des alternatives plus équilibrées. Préparez-vous à découvrir des informations précieuses pour atteindre vos objectifs sportifs de manière saine et durable.

En bref

Le RDS est un régime en deux phases qui vise à maximiser les réserves de glycogène musculaire avant une compétition d’endurance. La première phase consiste à épuiser ces réserves en réduisant drastiquement les glucides, tandis que la seconde phase implique une surcharge de glucides pour remplir les réserves. Bien que le RDS puisse être efficace, il comporte des inconvénients potentiellement graves, tels que des troubles digestifs, une fatigue accrue et des déséquilibres nutritionnels. Une approche plus équilibrée, comme le Régime Dissocié Modifié, peut offrir une alternative plus saine.

Qu’est-ce que le RDS ?

Le Régime Dissocié Scandinave (RDS) est un protocole nutritionnel en deux phases, conçu pour augmenter les réserves de glycogène musculaire et hépatique avant une compétition d’endurance comme un marathon. La première phase, appelée « phase hypoglucidique », dure généralement de 3 à 4 jours. Durant cette période, l’apport en glucides est fortement réduit, tandis que les protéines et les lipides sont privilégiés. Cette phase est associée à un entraînement intense visant à épuiser les réserves de glycogène.

La seconde phase, appelée « phase hyperglucidique », dure également de 3 à 4 jours. Pendant cette période, l’alimentation est riche en glucides, tandis que les apports en protéines et en lipides sont réduits. L’entraînement est également modéré afin de permettre une reconstitution optimale des réserves de glycogène. L’objectif principal du RDS est d’atteindre un niveau maximal de glycogène musculaire et hépatique avant la compétition, ce qui devrait théoriquement améliorer les performances d’endurance et retarder l’apparition de la fatigue.

Ca pourrais vous intéresser :   Régime sans résidu pour garder la forme : Conseils et recettes

Inconvénients du RDS

Bien que le RDS puisse être efficace pour augmenter les réserves de glycogène, il comporte plusieurs inconvénients potentiellement graves que vous devez prendre en compte :

  • Troubles digestifs (diarrhée, ballonnements, crampes abdominales)
  • Fatigue accrue et baisse de performance pendant la phase hypoglucidique
  • Risque de déséquilibre nutritionnel (carence en vitamines, minéraux, fibres)
  • Perte de masse musculaire due à la restriction calorique
  • Fluctuations de l’humeur et irritabilité
  • Risque d’hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang)
  • Reprise rapide de poids après la compétition

Ces effets indésirables peuvent compromettre votre préparation et votre performance lors de la compétition. Il est donc essentiel de bien peser les avantages et les inconvénients avant d’entreprendre un tel régime strict.

Avis personnel et alternative proposée

Après avoir étudié en détail le RDS et ses implications, nous estimons que les inconvénients potentiels l’emportent sur les avantages. Bien que l’augmentation des réserves de glycogène puisse être bénéfique, les risques de troubles digestifs, de fatigue et de déséquilibres nutritionnels sont trop importants pour être négligés. De plus, le stress physiologique et psychologique induit par ce régime strict peut nuire à votre préparation et à votre performance globale.

C’est pourquoi nous avons développé une alternative plus souple et équilibrée, le Régime Dissocié Modifié (RDM). Le RDM conserve l’idée d’une phase de réduction des glucides suivie d’une phase de surcharge, mais de manière plus progressive et moins restrictive. Cette approche vise à optimiser les réserves de glycogène tout en minimisant les effets indésirables et en maintenant un apport nutritionnel équilibré. Le RDM est une solution plus saine et durable pour les athlètes soucieux de leur santé à long terme.

Ca pourrais vous intéresser :   Quelques exemples de menus équilibrés pour garder la ligne

Déroulement détaillé du RDS

Pour mieux comprendre le fonctionnement du RDS, voici une description détaillée de ses deux phases, y compris la durée, le type d’alimentation et les entraînements recommandés :

PhaseDuréeAlimentationEntraînement
Phase hypoglucidique3 à 4 jours (J-6 à J-4)Apport en glucides réduit (environ 10% de l’apport calorique total) Apport élevé en protéines (environ 35%) Apport élevé en lipides (environ 55%) Aliments riches en protéines et en graisses (viandes, poissons, œufs, graisses saines) Exclusion des féculents, fruits et boissons sucréesEntraînement intense pour épuiser les réserves de glycogène Séances de course à pied longues et intenses Exercices d’intervalles à haute intensité
Phase hyperglucidique3 à 4 jours (J-3 à J-1)Apport élevé en glucides (environ 70 à 80% de l’apport calorique total) Apport réduit en protéines (environ 12%) Apport réduit en lipides (environ 8%) Aliments riches en glucides complexes (pâtes, riz, pain complet, céréales) Consommation de glucides simples après l’entraînementEntraînement modéré pour favoriser la reconstitution des réserves de glycogène Séances de course à pied légères Exercices de récupération active

Il est important de noter que le RDS doit être suivi sous la supervision d’un professionnel de la santé ou d’un nutritionniste sportif qualifié. Les quantités et les proportions exactes d’aliments doivent être adaptées à vos besoins individuels et à votre niveau d’activité physique.

Avantages et inconvénients récapitulés

Pour résumer, voici les principaux avantages et inconvénients du Régime Dissocié Scandinave :

Avantages :

  • Augmentation potentielle des réserves de glycogène musculaire et hépatique
  • Amélioration théorique des performances d’endurance
  • Retardement potentiel de l’apparition de la fatigue
Ca pourrais vous intéresser :   Régime Thonon : définition, avantages, inconvénients, menu..

Inconvénients :

  • Troubles digestifs (diarrhée, ballonnements, crampes abdominales)
  • Fatigue accrue et baisse de performance pendant la phase hypoglucidique
  • Risque de déséquilibre nutritionnel (carence en vitamines, minéraux, fibres)
  • Perte de masse musculaire due à la restriction calorique
  • Fluctuations de l’humeur et irritabilité
  • Risque d’hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang)
  • Reprise rapide de poids après la compétition

Comme vous pouvez le constater, les inconvénients potentiels du RDS sont nombreux et peuvent avoir un impact significatif sur votre santé et votre performance. C’est pourquoi nous recommandons d’explorer des alternatives plus équilibrées, comme le Régime Dissocié Modifié ou une alimentation équilibrée pré-compétition.

L’alimentation équilibrée alternative

Au lieu d’opter pour le RDS strict, nous vous recommandons une approche plus équilibrée pour votre alimentation pré-compétition. Cette approche vise à optimiser vos réserves de glycogène tout en maintenant un apport nutritionnel complet et en évitant les effets indésirables du RDS.

Les principes d’une alimentation équilibrée pré-compétition sont les suivants :

  • Répartition énergétique équilibrée : 12 à 15% de protéines, 30 à 35% de lipides (graisses saines) et 50 à 55% de glucides
  • Apport journalier en fruits et légumes riches en vitamines, minéraux et antioxydants
  • Seuls les 3 derniers jours avant la compétition seront hyperglucidiques, avec environ 60% de glucides au détriment des lipides (25%)
  • Consommation de glucides complexes à index glycémique bas (pâtes complètes, riz complet, quinoa, pommes de terre, etc.)
  • Hydratation adéquate pour favoriser le stockage du glycogène

Cette approche équilibrée vous permettra d’optimiser vos réserves de glycogène sans compromettre votre santé ou votre performance. De plus, elle évitera les déséquilibres nutritionnels et les troubles digestifs souvent associés au RDS strict.

Menu type 3 derniers jours

Voici un exemple de menu type pour les 3 derniers jours avant un marathon, tenant compte des besoins en glucides pour optimiser les réserves de glycogène :

RepasMenu
Petit-déjeuner200 ml de jus de fruit 1 yaourt 50 g de céréales complètes 5 tranches de pain complet 1 poire ou 100 g de raisin 1 compote de fruit (100 g)
Déjeuner1 portion de viande blanche ou de poisson 1 grosse assiette de pâtes complètes (300 g) ou de quinoa (140 g cuit), riz complet (260 g cuit), semoule cuite (330 g) ou blé cuit (330 g) Salade de pommes de terre (1 bol) 3 tranches de pain complet 1 fruit ou 1 flan
Collation1 tasse de lait + céréales 1 banane ou autre fruit
Dîner1 grosse assiette de riz complet ou autre féculents 1 portion de viande blanche 1 salade de crudités 2 crêpes aux champignons 2 tranches de pain complet 1 yaourt 1 compote ou 1 fruit

N’oubliez pas de vous hydrater suffisamment, car le stockage des glucides nécessite de l’eau (1 gramme de glucides a besoin de 3 grammes d’eau pour être stocké). Vous pouvez également envisager de consommer des suppléments de maltodextrine (comme la Malto Carbo Loading d’Isostar) pour augmenter votre apport en glucides de manière pratique.

En suivant ces recommandations, vous optimiserez vos réserves de glycogène tout en maintenant un apport nutritionnel équilibré, ce qui vous permettra d’aborder votre marathon en pleine forme et en bonne santé.

Laisser un commentaire